[Ceci est une reprise d’un post de 2005, que j’ai déjà repris en 2008, mais que je trouve toujours d’actualité]

Ils sont dans la rue, on est en train de bafouer leurs acquis sociaux.
On leur répond « Ecoutez les gars, tout ça c’est vieux, à l’époque le progrès social était une nécessité pour votre survie. Vous avez négocié des trucs qui ne correspondent pas à la réalité du 21ème siècle ! Et puis surtout, on est vraiment désolé, mais regardez vous même, on ne peut pas vous laisser conserver ces acquis. On n’est plus en mesure de le faire, regardez, il n’y a pas moyen, ça ne passe pas ! « .

D’autres freinent des quatre fers dès qu’on parle de changer de mode de vie, de répondre à l’urgence environnementale. Ils disent « l’écologie ne doit pas entraver le progrès ! ». Ceci ce traduisant par « continuons comme avant, en essayant de faire un peu gaffe, comme ça on aura la conscience tranquille ».

Ne faudrait-il pas au contraire tout repenser en s’assurant que l’économie n’en patira pas ?
La plupart des études montrent en outre qu’un vrai chambardement ferait le plus grand bien à l’économie locale.

Quoiqu’il arrive, je suis désolé les gars, mais le progrès comme vous le décrivez a été conçu il y a 50 ans. Tout ça c’est vieux, à l’époque on essayait de sortir notre pays de 30 ans de guerre, on pensait que la planète était… que dis-je on ne pensait pas du tout à la planète. Alors c’est vrai, on a fait des belles choses depuis 50 ans. Mais là, je suis vraiment désolé, il va falloir renoncer à nos acquis environnementaux. Regardez vous-même ? il n’y a pas moyen, ça ne passe pas !