C’est assez étrange ce qui se passe dans ma tête. 
Personnellement je n’ai pas du tout été touché par la tempête. Ma famille oui, je n’ai pas trop de nouvelles car ils sont isolés et n’ont pas de téléphone, mais juste assez pour savoir qu’ils vont bien. 

 
On ne peut pas dire que la plupart des habitants de La Rochelle soit perturbé dans ses habitudes aujourd’hui. En effet ce n’est pas le vent mais bien la mer qui a fait des dégâts ce week end, du coup les dommages sont considérables mais assez localisés. C’est ainsi que l’on peut habiter à 100 mètres d’une zone entièrement sinistré sans le moindre dégât chez soi. C’est probablement cela le plus troublant. 

Du coup, cette proximité des événements semble m’en rendre victime.  Je me sens touché. Le spectacle de désolation et la souffrance que l’on peut imaginer chez les gens me viennent droit au coeur. Bien sûr, il y a de la pitié et de la compassion, comme lorsque les inondations avaient lieu ailleurs, mais il y a aussi de la souffrance, personnelle, comme si je m’appropriais une partie du désespoir. 

Ce soir, on a prévu de se retrouver entre amis pour boire un verre. ça me rappelle le soir des attentats du 11 septembre. Incomparable ! Ridicule ! Rien à voir ! Et bien pour tout vous dire, mon état personnel est comparable. Très très étrange. 

Alors on va s’activer, aider, déblayer, héberger.