Le millepertuis, “prozac naturel”

Un article de Stéphane:
Il a beaucoup été question du millepertuis en ce début d’année. "Prozac naturel", le millepertuis serait sans danger. Mais qu’en penser réellement?

Le millepertuis en médecine dhier à aujourdhui.
Le nom latin Hypericum viendrait du grec hyper eikona : qui chasse les fantômes. Au Moyen Âge, les doctes savants lui avaient donné le nom de Fuga doemonium (chasse diable) parce qu’ils lui attribuaient le pouvoir d’éloigner les esprits diaboliques ainsi que les sorcières (et aussi le mauvais temps). Or, au Moyen Âge la dépression et les autres troubles mentaux étaient considérés comme des formes de possession diabolique. Le millepertuis est utilisé pour ses propriétés thérapeutiques depuis plus de 3 000 ans (il est cité dans des manuscrits perses antiques). Il a d’abord été employé en usage externe pour accélérer la guérison des plaies. Puis, et des écrits de Dioscoride, Galien, Pline l’Ancien, Hippocrate et bien plus tard de Paracelse lattestent, usages externes et usages internes sont en vogue : le baume et lhuile de millepertuis sont utilisés pour le traitement des brûlures ou des morsures de serpents venimeux, et le traitement des plaies (au Grand Siècle, le millepertuis entrera dans la composition des nombreuses eaux darquebusade, destinée en premier lieu à soigner les blessures dues aux arquebuses); lhuile encore pour le soulagement des problèmes digestifs tels que les ulcères, les gastrites, les nausées et la diarrhée (à raison d’une cuillerée à thé, à prendre à jeun, matin et soir) ; lhuile toujours pour les problèmes urinaires, les douleurs menstruelles, l’anémie, les parasitoses intestinales, les hémorroïdes ; lhuile tiède enfin et en lavement à garder toute la nuit sil vous plait pour les inflammations du côlon… Enfin, pendant des siècles, des médicaments à base de millepertuis ont été utilisés pour le traitement de la névralgie du sciatique, de l’énurésie, de la dépression, de l’insomnie et des troubles de l’humeur associés à la ménopause. En homéopathie, outre son utilisation en antidépresseur, le millepertuis est prescrit pour ses propriétés curatives et antiseptiques et sa capacité à amollir la peau. Malgré tout cela, le millepertuis devait tomber aux oubliettes lors de l’avènement des médicaments modernes.

Toutefois, à la fin du 20ème siècle, le millepertuis a retrouvé ses défenseurs et en Allemagne, le millepertuis est l’antidépresseur le plus utilisé. Chaque année, il représente plus de la moitié des six millions d’antidépresseurs prescrits, toutes marques confondues, dans les cas de dépressions légères ou modérées (son utilisation est exclue pour les cas de dépression sévère). Cette envolée des prescriptions est liée à sa réputation de « Prozac naturel ». Il faut quatre à huit semaines avant que le millepertuis nagisse, bien qu’on ne sache pas encore exactement comment il agit. Le principal ingrédient actif est l’hypéricine, le pigment rouge contenu dans les vésicules de la fleur. Plusieurs recherches cliniques indiquent que le millepertuis est aussi efficace que les antidépresseurs modernes disponibles sur le marché pour traiter la dépression légère ou modérée. Avec le millepertuis, les effets secondaires seraient à peu près nuls lorsqu’il est consommé selon les recommandations habituelles, soit une dose de 300 mg trois fois par jour. Pour la dépression saisonnière liée au manque de lumière en période hivernale, les études menées ont également conclu à une amélioration de létat des personnes sous millepertuis.

Depuis, dautres utilisations traditionnelles du millepertuis sont revues à la loupe et les études fleurissent avec des résultats encourageants. Ainsi dans le traitement des troubles liés à la ménopause, une étude a montré que le millepertuis avait enrayé ou soulagé de façon significative les symptômes tels que bouffées de chaleur, transpiration, palpitations, étourdissements chez environ 75 % des participantes. Celles-ci ont aussi rapporté une amélioration de leur bien-être sexuel. De même pour le syndrome prémenstruel : il a été mis en évidence chez quelques 70 % des femmes participant à une autre étude une diminution nette des symptômes.

Il semble aussi que le millepertuis ait une efficacité dans le traitement du trouble obsessionnel-compulsif. Le millepertuis soulagerait de manière significative les symptômes de ce trouble de la personnalité.

 

Comment utiliser traditionnellement le millepertuis ?
Les parties utilisées sont les sommités fleuries et les jeunes feuilles entourant les inflorescences. La récolte est ensuite finement coupée et séchée sur une toile moustiquaire montée sur un cadre, à l’abri de la lumière et de l’humidité, ou dans un four réglé à très basse température, porte entrouverte, pendant 4 à 6 heures.

Linfusion se prépare à raison de 15 à 30 g de sommités fleuries pour un litre d’eau. Prendre 3 ou 4 tasses par jour. Linfusion est utilisée pour lanxiété, la dépression, lagitation nerveuse. Avec le lierre terrestre et l’aunée, vous préparerez cet automne une excellente tisane contre la bronchite.

Lhuile de millepertuis sobtient en laissant macérer pendant trois ou quatre jours 250 g de sommités fleuries fraîches et concassées dans un demi-litre d’huile d’olive mélangée avec 250 g de vin blanc. Faire ensuite bouillir au bain-marie jusqu’à ce que le vin soit totalement évaporé. L’huile qui reste est d’une belle couleur rouge sang et peut être utilisée en compresses et pansements sur les plaies, les ulcères, les brûlures ainsi que pour calmer les douleurs des articulations et de la goutte (dans ce cas, frictionner), pour cicatriser les blessures légères et les brûlures. Lhuile peut également être utilisée contre la dyspepsie à raison dune cuiller à café matin et soir à jeun.

La teinture de millepertuis est obtenue avec 20 g de sommités fleuries broyées, macérées pendant 10 jours dans 100 g d’alcool à 700. Filtrer et conserver dans un flacon foncé muni de compte-gouttes. Prendre de 8 à 10 gouttes deux ou trois fois par jour. La teinture est employée contre les coliques, plaies et ulcères internes et externes. En avaler 2 cuillérées à café dans les douleurs et en appliquer directement sur la plaie avec une compresse.

La poudre de millepertuis est produite en pilant au mortier une certaine quantité de sommités fleuries et prendre d’une demi à une cuillerée à café de cette poudre une ou deux fois par jour.

Les précautions
Comme tout produit médicinal, le millepertuis ne semploie pas sans précautions et il existe des contre-indications.

Dabord, certaines personnes peuvent se plaindre de maux d’estomac. C’est pourquoi on conseille de le prendre au moment des repas. Ensuite, il existe des cas de photosensibilisation. La plante contient une toxine activée par l’exposition à la lumière du soleil : les points sous les feuilles contiennent une substance fluorescente rougeâtre qui lorsqu’elle est activée par les rayons ultraviolets du soleil, peut causer des éruptions cutanées, des tâches et d’autres irritations chez les animaux qui se nourrissent de la plante ou chez les personnes qui utilisent un produit médicinal à base de millepertuis. Ces effets sont très rares chez lhomme, mais il convient déviter de consommer du millepertuis avant un traitement aux ultraviolets.

 

Passer d’un antidépresseur moderne au millepertuis ne se fait pas du jour au lendemain car le millepertuis peut interagir de manière dangereuse avec les antidépresseurs modernes que l’organisme met un certain temps à éliminer, il est recommandé de ménager un intervalle de temps entre les deux. De même, cesser un traitement au millepertuis ne se fait pas nimporte comment : il faut diminuer graduellement les dosages de millepertuis durant une à deux semaines avant dinterrompre le traitement afin d’éviter un syndrome de sevrage. Largement plus embêtant, le millepertuis diminue lefficacité de certains médicaments dont les dosages dans le sang peuvent littéralement seffondrer avec les risques inhérents de naissance de souches résistantes de virus ou de rechute ou encore de rejet de greffe… Ainsi le millepertuis est vivement déconseillé aux personnes sous chimiothérapie, sous traitement antirétroviral ou sous traitement suite à une greffe. Mais le millepertuis ne fait pas bon ménage non plus des traitements anticholestérol, des traitements des maladies cardiaques et des traitements anticoagulants. Le millepertuis peut aussi interagir avec des traitements contre lasthme, certains analgésiques et même de simples traitements contre la toux et la grippe ! Bref en un mot comme en cent, en cas de doute, il convient de consulter son médecin traitant. Enfin, étant donné le manque de données sur l’innocuité du millepertuis chez les femmes enceintes et celles qui allaitent, ainsi que chez les enfants en bas âge, il est recommandé à ces personnes d’éviter d’en prendre

.

En bref, le millepertuis, oui mais sans excès et surtout, nhésitez pas à consulter

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Site Footer