On veut du gaz oil !

Je reviens du Portugal où j’ai été effaré par les infos télévisuelles: toutes les infos tournaient sur le sujet de l’augmentation des prix du gaz-oil et de l’essence.

  • pourquoi le pétrole est devenu cher
  • les pêcheurs ne peuvent plus aller en mer
  • comment se débrouillent les stations services
  • la chasse à la fraude par les autoritées (vous savez, le rosé mélangé à l’huile de friture…)
  • l’enchérissement des prix des billets de bus (à cause de…)
  • la réaction des concessionnaires auto
  • interview de ministres
  • batailles à la chambre au sujet des taxes sur les carburants
  • etc etc

En fond de reportage, on voyait toujours de superbes voitures allemandes avec dedans un pauvre type obligé de limiter son roulage de pneus.

Dans la rue et dans tous les cafés la question était “entao, o que a gente vai fazer ?”

A l’heure du village global, il est effarant de constater à quel point les cerveaux ont été lavés au fioul. Pas une seule fois je n’ai pu entendre une chose sensée comme “je vais habiter près de mon travail” ou “je vais cultiver mon jardin pour éviter d’acheter des patates polonaises transportées par camion”…

Allez j’ai un coup de pompe moi…

Le guide pour un bureau écologique de Webex


 
Webex publie “un guide pour un bureau plus vert”.
Je trouve dommage qu’il ne l’aient pas appelé :” Comment Webex peut vous aider à passer au vert ?”.

Sous le titre “guide pour un bureau plus vert”, je m’attendais à trouver une mine d’information, plein de tuyaux pour rendre effectivement mon bureau plus vert. Il s’agit en fait, d’un publi-reportage de Webex, Cisco, et Enercoop.

Le doc est intéressant, l’initiative est chouette, les produits sont en effet plus verts que d’autres. Je pense qu’un chef d’entreprise apprendra des choses en lisant ce doc. Rien à redire sur la démarche…

Mais le titre, s’il vous plait…
 

GREEN IT – Le Blog ecolo pour les DSI

Pendant un temps, on a cru que l’informatique allait porter une vague de révolution verte.

Force est de constater, que si elle en a le potentiel, les humains vertueux que nous sommes n’ont pas encore su l’exploiter.

Ainsi, grâce à l’informatique, on pourrait imprimer 10 fois moins ! Seulement voilà, on  imprime encore 30 pages par salariés en moyenne, et personne n’ose plus dire que ce chiffre est en diminution.
 

Grâce aux nouvelles technologies, on pourrait moins se déplacer, travailler de chez soi, organiser des visioconférences ! La réalité est tout autre, on se déplace de plus en plus, mais sans jamais oublier notre téléphone / pda / laptop dernier cri avec toutes les antennes relais qu’ils trimballent derrière eux.

Prenons un avatar sur Second Life, tout ce qu’il y a de plus virtuel. Bien propre sur lui. Quand je lui fais dancer la tecktonik avec un hors bord sur le dos, le compteur de ma maison est loin de s’enflammer. Et bien figurez vous qu’il consommerait autant d’energie qu’un habitant du Brésil !

Les constructeurs ont bien compris ce défi, et ils en parlent. Certains en profitent pour nous rouler dans la machine à laver remplie d’algues. On appelle ça le Green Washing. D’autres se bougent, doucement mais surement et leurs initiatives méritent d’être mise en avant. 

C’est pour que les néophytes que nous sommes y voient un peu plus clair dans tout cela que Frédéric Bordage à créé Green IT.

J’essaie de présenter des solutions / outils concrets qui permettent de diminuer la pression écologique de l’informatique : éco-conception, recyclage, réduction de la conso électrique, etc. Mais aussi tous les outils informatiques qui sont de vrais leviers comme la web-conférence et les outils d’optimisation de la chaîne logistique en fonction de l’empreinte carbone, etc.
A terme, j’espère fédérer les énergies positives de tous les acteurs du domaine – particuliers, fabricants de PC, entreprises, etc. – pour qu’ils partagent leurs meilleures pratiques. Mon objectif est de faire de GreenIT.fr un blog participatif. C’est donc une démarche citoyenne qui s’inscrit dans la plus pure tradition du web 2.0. Comme dit le proverbe, c’est à partir des ruisseaux que se créent les grands fleuves !

En lisant son profil, on comprend rapidement que Fred était LA personne idéale pour tenter cette expérience. Après avoir mis les mains dans le camboui virtuel, il est devenu journaliste pour un certains nombre de titres de renom. Son experience est pour moi un gage de pertinence technique, mais aussi de qualité éditoriale.

J’ajoute GreenIT à ma liste EnviroPlus sur mon lecteur de flux !

 

 

Green Ethic – La mode éthique à Angers

La mode éthique se développe est c’est une bonne nouvelle. Que ce soit du coté des fabricants ou des distributeurs, on voit fleurir de nombreuses initiatives à la fois au sein des professionnels établis de longue date que des petits nouveaux.

Green Ethic fait partie de ceux-là. Et si leur gamme de produit n’est pas encore très étoffée, l’engagement de l’entreprise est affiché. Celui-ci se situe d’ailleurs au delà de ce qu’on peut voir habituellement.

Les créateurs sont réalistes tout d’abord

Nous pensons que notre modèle économique peut combiner deux paramètres fondamentaux. Le premier est notre satisfaction personnelle, lautre consiste à aider des communautés défavorisées à échapper à la pauvreté.

Ils sont solidaires aussi, puisque Green Ethic reverse 2% de son chiffre d’affaire à des projets sociaux, que les clients choisissent. 2% c’est beaucoup.

Green Ethic est par ailleurs participatif car vous pouvez voter pour les produits que vous aimeriez voir dans les prochaines gammes.

Producteur, distributeur, solidaire et communautaire. Voici ce que je retiens de la lecture du site internet de Green Ethic.

Le chantier de l’EPR est suspendu

Toute opération de coulage de béton est stoppée, depuis le 23 mai, sur le site du futur réacteur nucléaire de nouvelle génération EPR, à Flamanville (Manche). Après inspection, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a en effet découvert une anomalie dans le ferraillage de l’îlot de support du réacteur. La deuxième en quelques semaines. “Nous avons suspendu le coulage du béton pour une durée indéterminée, indique Thomas Houdré, chef de la division ASN de Normandie. Les opérations ne pourront reprendre qu’après correction et vérification de notre part.”
à lire sur Le Monde

Je n’utilise plus de réveil

Si le matin vous n’êtes pas à la minute pour démarrer votre journée, je vous conseille de débrancher votre réveil. Je le fais depuis 3 mois. Et cela a de nombreuses conséquences positives sur ma journée

1 – Je ne suis plus fatigué, pourtant je ne dors pas plus qu’avant. Etrange non ? C’est pourtant vrai. J’ai toujours été fatigué. Toute la journée, tout le temps, depuis que j’ai 15 ans.
Depuis deux mois, j’ai la pêche. Je pense que c’est parce que je fini complètement mon cycle de sommeil. Je ne me fais pas réveiller en plein milieu d’un rêve. C’est mon corps qui se réveille.

2 – J’ai un sentiment de liberté. Car j’ai l’impression de me réveiller quand il est bon pour moi.

3 – Je ne me suis jamais réveillé trop tard. Etrange non ? Globalement mon réveil se situe toujours entre 7h et 7h30. Quand c’est 7h30 je démarre ma journée plus rapidement, mais j’ai le sentiment d’avoir bien dormi et je suis donc d’attaque pour rattraper ma demi-heure de “retard”.   Alors bien sûr, quand j’ai un train à prendre, ou que j’ai fait un peu la fête la veille, je me couvre, je mets le réveil. Mais je le mets légèrement en retard, pour me donner l’opportunité de me réveiller de moi même.

4 – Je pense à me coucher plus tôt, car je fais plus attention à mon sommeil.

5 – Je me réveille naturellement de bonne heure le week end et je profite pleinement de ces temps libres.

Il est vrai que j’ai les conditions idéales pour tenter ce genre d’experience, car je n’ai pas un employeur qui m’attend à 8h pile devant la porte. Pour autant, j’ai des journées de travail bien remplies. Et la flexibilité qu’ont certains copains dans leurs horaires d’arrivée ou de départ collerait tout à fait avec cette démarche.

Je pense aussi que la période joue beaucoup aussi. Car si j’entrouve les yeux, j’arrive à savoir l’heure qu’il est en fonction de la lumière du jour. Pour l’hiver, je m’équiperai peut être d’une aube artificielle.

J’ai aussi tenté autre chose avant. Je cachais mon réveil, pour ne pas voir l’heure pendant la nuit. Rien de pire que de voir les heures passer. On se dit “arrgh, 2h du mat et je ne dors toujours pas ! Vite dors dors dors !!!” Et on n’est pas près de dormir.
En cachant mon réveil, je plonge dans mon temps de repos, sereinement et sans contrôle d’efficacité.

 

Permut Job ! Echangez votre boulot

Votre boulot vous passionne, mais l’heure de transport pour vous y rendre commence à vous fatiguer sérieusement. Vous aimeriez passer plus de temps chez vous, avec votre famille.
Rassurez vous, vous n’êtes plus seul ! Pour en parler, n’appelez pas SOS Detresse Amitiés, mais déposez simplement une annonce sur Permut Job.

Le concept ? Echanger son boulot tout simplement.
La réaction directe est bien sûr de dire “ben oui, mais il faut que l’entreprise soit d’accord quand même !”.

En effet, c’est un défi à surmonter. Mais l’entreprise à finalement tout à y gagner. Pour plusieurs raisons:

  1. Son collaborateur actuel aime son boulot mais il commence à sérieusement réfléchir à partir. Et quand c’est comme ça, autant qu’il parte…
  2. Celui qui est sur le départ est la meilleur co-optation possible. Cette personne connait le métier, elle connait l’entreprise.
  3. L’entreprise à tout à gagner à ce que les salariés habitent près du lieu de travail. Ils seront moins fatigués, mais aussi plus disponibles. Ils pourront rentrer chez eux pour manger le midi, ils feront des économies. Cela participera de leur bonheur, y compris au boulot.

Il y a néanmoins un impératif. Il faut que les relations salariés / entreprises soient bonnes. La confiance étant la clé. L’entreprise n’acceptera pas forcément la cooptation d’une personne avec laquelle elle a de vraies difficultés.

D’un point de vue environnemental c’est tout simplement fantastique aussi. Car cela diminue nettement les temps de transports. On pourrait d’ailleurs imaginer que l’Ademe soutienne financièrement les entreprises qui acceptent de permuter au titre d’une démarche environnemental.

Je trouve cette idée fantastique. Elle m’a été soufflé par Marie Vives il y a quelques semaines, mais elle vient de se rendre compte que le service existe déjà.

Annuaires Bio Eco – Les plan écolo près de chez vous

C’est bien sympa de nous parler d’écologie, de recyclage, de petits gestes, d’éco produits et tout le tralala, à longueur de journée, mais au quotidien, comment je fais moi ?

Annuaire bio éco s’est donné comme mission de me répondre. Trop sympa les amis !
En séléctionnant la zone géographique de mon choix, je localise sur une carte les points d’intérêts qui pourraient m’aider dans ma démarche.


 
Pour l’instant l’info est assez orientée conso, mais nul doute que prochainement vous pourrez aussi y trouver les asso qui récupèrent des habits ou des vieux ordinateurs par exemple. 

Annuaire bio éco est aussi un outil de communication pour les commerces, qui peuvent aisément publier des infos sur leur pages dédiés ou encore annoncer leur évênements.

Je trouve le concept excellent, ça m’oblige à arréter mon projet “Ethique en ville” pour éviter les doublons, mais c’est une bonne nouvelle !

J’ai eu l’occasion de rencontrer Marie Vives, la fondatrice du site, et je peux vous assurer que vous avez derrière ce service quelqu’un d’engagé voire même de dévoué à la cause. Elle fait partie de celle qui veulent changer le monde, et ça fait beaucoup de bien !

D’un point de vue purement entrepreneur, je pense en revanche que le nom n’est pas top et qu’il pourrait être judicieux de le changer rapidement. Je pense que 50% des gens vont retenir “annuaire bio” ou “annuaire eco”.